Mes objectifs "développement personnel"

Hey ! J'ai mis du temps à aborder ce sujet pleinement sur le blog, et pourtant c'est quelque chose que j'ai envie de faire depuis un petit moment maintenant. Je pense que vous commencez à le comprendre, que ce soit si vous me suivez sur Instagram ou si vous avez vu mes récents favoris des derniers mois, les thèmes liés au développement personnel font vraiment partie des choses qui m'intéressent tout particulièrement en ce moment. Et à force de lecture et de visionnage de documentaires ou autres, j'ai pu en tirer quelques conclusions devenus des objectifs afin d'atteindre une meilleure version de moi-même

J'aime bien prendre de "nouvelles résolutions", à n'importe quel moment de l'année, et j'ai compris que celles qui me donnent une vraie motivation à m'y tenir concerne mon esprit et ma manière de voir les choses. J'avais donc envie de vous partager quelques phrases que j'ai pu entendre, ou lire, et sur lesquelles je me base depuis quelques semaines et sur lesquelles j'essaye de travailler et de méditer

1 - "CE N'EST PAS GRAVE"

J'ai eu tendance, pendant de nombreuses années, à faire une affaire d'état de petites choses parfois très insignifiantes. M'inspirant de paroles de la Youtubeuse Esther dont je vous ai déjà parlé, je me base maintenant sur cette phrase simple et pourtant parfaitement réelle "ce n'est pas grave". Alors ça peut considérablement déstabiliser de partir du fait que rien n'est grave quand on s'est retrouvé pendant longtemps à trouver que "rater son permis, c'est grave", "louper son réveil pour aller au taff, c'est grave, donc la journée sera merdique". Encore une fois, ces propos sont à nuancer car je trouve bien évidemment que certaines choses sont graves dans le monde, des causes que je ne citerais même pas tellement elles sont évidentes Mais justement, à l'échelle de ma propre vie, en comparaison à l'échelle de l'univers, qu'est ce qui se trouve être réellement grave ? Quelques soient mes actions (dans la limite du raisonnable, je ne parle pas d'aller buter quelqu'un), rien ne se passera ensuite. Et comme le disait Esther, même si je suis au travail demain, et que d'un coup je décide de quitter mon poste sans prévenir personne et retourner me coucher, qu'est ce qu'il va se passer ? Rien. Je me ferais virer, certes, mais le monde va continuer de tourner, les gens vont continuer leur vie, le président continuera de gouverner le pays. Ca n'atteint que moi, à l'échelle de ma vie, parce que je décide que ça m'atteint à ce moment précis. Je décide de partir maintenant du principe qu'en soit, rien n'est grave, dans la limite de raisonnable, et ça me permet de prendre les choses de la vie avec beaucoup plus de légèreté. 
Je garde certaines choses comme étant des choses importantes qui sont "mes petits combats", à mon échelle, mais ça permet de souffler un coup sur le reste et se libérer un peu l'esprit. 

2 - LIEN ENTRE PENSÉE, ÉMOTIONS ET ACTIONS

Je m'inspire à nouveau de vidéos d'Esther ici, qui elle-même s'inspire de nombreuses personnes ayant repris ce concept de sciences cognitives prouvées. Ca m'a beaucoup parlé et c'est l'un des principaux concept sur lequel je réfléchis beaucoup. Je pense que naturellement, l'être humain se dit toujours que si on est triste ou en colère par exemple face à quelque chose, c'est forcément qu'on ne peut rien y changer et que la vie est injuste. Je ne parle pas de fatalité telle que la mort, mais Esther donne un exemple très juste, un patron qui ne paye pas ses employés à temps, certains réagiront en disant que ce n'est qu'un connard qui les foutent dans la merde, d'autres se diront que ce n'est pas très important qu'il a du avoir un empêchement personnel par exemple. Si deux personnes réagissent différent sur une même situation, c'est bien qu'il y a un autre filtre avant les émotions que la situation génère, puis la réaction, et c'est le filtre du cerveau et de la pensée. Sinon, tout le monde réagirait de la même manière à toutes les situations. Finalement, ce ne sont pas les circonstances (choses auxquelles nous ne pouvons rien changé telle que "mon patron ne nous a pas payé"), qui déclenche une émotion puis une action mais la pensée que nous nous générons. De manière globale dans la vie, lorsque nous comprenons cette boucle, je pense qu'il peut être intéressant de travailler sur ses schémas de penser. Ca ne veut pas dire que nous pardonnons tout à n'importe qui, ça ne veut pas dire qu'on oublie les actions d'untel ou d'untel, mais ça peut favoriser la communication entre deux personnes quand on sait que nous avons 2 filtres de pensées différents, et que ce que j'essaye de faire comprendre à quelqu'un peut être vu différemment par cette personne, et en comprenant ça, j'ai appris à communiquer différemment avec les personnes qui m'entourent. 
Et de plus, par rapport à des circonstances où je ne peux de toute façon rien changer, j'apprends à me dire que c'est ma manière de penser qui me génère une émotion négative et que, si cela est possible, je pourrais changer ma manière de penser en me disant que ce n'est peut-être pas hyper important et que je peux décider de ne pas me sentir trop mal par rapport à ça. Ce n'est pas applicable tout le temps, mais c'est très intéressant à expérimenter. 

3 - LA CONFIANCE EN SOI, QU'EST CE QUE C'EST ?

La grande question du moment, sujet de vidéos, d'articles, polémiques, bref. En fait on peut se poser la question de ce qu'est la confiance en soi. Quand on décortique le terme, on parle de confiance, et de soi. Pour savoir comment avoir confiance en soi, on peut se demander comment on a confiance en l'autre. Est-ce qu'il s'agit d'une question de physique ? Dans mes valeurs, je n'ai pas confiance en quelqu'un parce qu'il est beau/belle. Ca se tient à des valeurs morales, à des actions, et non pas à une belle gueule. Je crois qu'on se trompe déjà sur les termes lorsque l'on se dit "je n'ai pas confiance en moi", car cela s'arrête très souvent à un physique (moi la première hein !). Et comme quoi, la première chose à faire pour reprendre confiance en soi, c'est de projeter la question sur quelqu'un d'autres, et de retourner la question à soi ensuite. Pour ma part, j'ai confiance en quelqu'un lorsqu'elle est respectueuse, qu'elle n'a qu'une parole, qu'elle est entière dans ce qu'elle pense, ce qu'elle dit, ce qu'elle fait, que l'on peut compter sur cette personne, quand il y a honnêteté, sincérité. 
Suis-je quelqu'un comme ça ? J'ai posé la question à nombreux de mes proches, de mes amis, famille etc. et je crois que la réponse est oui. J'ai donc décidé à partir de ce moment de me faire confiance, d'avoir confiance en moi, car je serais cette personne extérieure, je lui donnerais ma confiance, comme le font les gens qui m'entourent. Le physique est une  question d'acceptation de soi, et c'est encore un autre domaine... qui pourrait faire sujet d'un article également, pourquoi pas. 

N'hésitez pas à me dire si ce type d'article vous intéresse ! En tout cas, pour ma part, c'était un plaisir à rédiger. 

4 commentaires :

  1. Coucou !! Tu as finis tes études D'ES? Bisous !!
    Qu'est ce qui t'a fait choisir ES plutôt que ME?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ! Malheureusement pour des raisons de santé j'ai du procéder à une suspension de formation, mais je reprends au mois de février, en cours d'année, pour terminer tout ça.
      J'ai choisi ES pour la partie écrits professionnels qui me plaisaient beaucoup aussi, et pour une question de salaire il faut le dire aussi :-)

      Bises !

      Supprimer
  2. Coucou ! tu es en quelle année ? Avec quel public aimerais tu travailler ?
    J'ai des échos sur l'irtess de Dijon, apparement la formation théorique n'est pas géniale, qu'en penses tu ?
    Belle journée à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey, je suis actuellement en interruption de formation suite à des raisons de santé. Je reprends donc en février pour terminer tout ça.
      Je travaille actuellement sur le lieu qui m'a accueilli en stage en 2ème année, un établissement de protection de l'enfance, ado, et ça me plaît énormément. La psychiatrie m'intéresse beaucoup également.

      Pour ce qui est de l'IRTESS, je ne trouve pas les contenus théoriques particulièrement pertinents effectivement, mais des raisons personnelles ne favorisent pas un avis très objectif de l'IRTESS pour ma part ;-)

      Belle soirée !

      Supprimer